Intensifier le transfert de technologies innovantes et des connaissances vers l’entreprise (avec amendement)

Rapport n° 2978

Intervention d’Olivier Amos – 28 juin 2019

En Assemblée plénière auvergnate et rhônalpine, Olivier Amos s’est prononcé sur le transfert des technologies vers l’entreprise :


Amendement présenté par Olivier Amos

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Logo-RN.jpg.

Exposé des motifs :

La Région souhaite encourager l’innovation et sa concrétisation dans le développement économique régional. Pour ce faire elle veut mettre en œuvre un plan d’accompagnement et de transfert des brevets issus de la recherche académique vers les entreprises du monde économique.

Dans le grand marché mondialisé qui a vu disparaitre des pans entiers de l’excellence industrielle française, il est en effet crucial de faire émerger de nouvelles « pépites » industrielles françaises. Mais il est encore plus fondamental d’assurer la pérennité des entreprises innovantes et leur maintien dans le bassin économique local, sans quoi les efforts déployés par l’état, la région et les acteurs locaux l’auront été en vain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le gâchis des fleurons tels qu’Alcatel, Alstom, Bull, Peychiney, Arcelor, mais aussi de pépites comme AAA, Vexim, Medtech… qui ont été dépecés et/ou vendus à des groupes étrangers.

Notre mouvement politique, dont la volonté de tendre vers un modèle économique plus vertueux et plus pérenne, soutient la notion durable de localisme : financer, produire, consommer et retraiter localement les produits et services.

Dans cette logique, nous soutenons ce projet d’accompagnement de la recherche et son transfert vers les entreprises à même de la valoriser. Cependant, nous voulons nous assurer que tous ces efforts collectifs continueront à produire leurs effets dans les années à venir, afin que nos enfants bénéficient du travail de leurs prédécesseurs.

AMENDEMENT :

Dans le dernier paragraphe :

« Afin de sécuriser le continuum des aides publiques indispensables à leur développement, ce dispositif s’articulera avec BPI France et son programme « Génération Deep Tech ».

Compléter comme suit :

« Le transfert des brevets issus de la recherche académique vers les entreprises du monde économique se fera à travers une structure ad hoc garantissant le maintien de leurs exploitations et/ou leurs bénéfices sur le territoire national. »

Les commentaires sont fermés.