Pacte rebond pour l’emploi (avec amendements)

Explication de vote de Muriel Burgaz – 8 juillet 2020

Rapport n° 4164

En Assemblée plénière auvergnate et rhônalpine du 8 juillet 2020, Muriel Burgaz a critiqué le “pacte régional pour l’emploi” de Laurent Wauquiez :


Amendement présenté par Muriel Burgaz

Mettre la « conditionnalité » comme règle de bon sens

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Logo-RN.jpg.

Exposé des motifs :

Sans stratégie politique ni exigences, donner des subventions n’est que de la distribution d’argent.

Si en contrepartie de ces aides, les entreprises ne s’engagent pas à aller dans le sens des politiques régionales en matière d’emplois, c’est un total non-sens.

Il nous parait donc justifié qu’en contrepartie de ces aides publiques, les entreprises s’engagent à jouer le jeu en matière de :

– non délocalisation,

– relocalisation en Auvergne-Rhône-Alpes,

– préservation de l’emploi,

– embauches de jeunes chômeurs et apprentis en alternance, (d’autant que, financés par l’Etat, les entreprises n’ont aucun coût ni charges sur l’embauche d’apprentis).

AMENDEMENT :

Ajouter un point supplémentaire dans la partie III) AXE 3 : ACCOMPAGNER LE REBOND, comme suit :

III.7) conditionner au maximum les aides régionales à des exigences de maintien de l’emploi, de non délocalisation, de relocalisation en région et d’une politique active en faveur des jeunes chômeurs et des apprentis.


Amendement présenté par Muriel Burgaz

REINVENTER LA MISE EN RELATION DE « L’OFFRE ET DE LA DEMANDE »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Logo-RN.jpg.

Exposé des motifs :

C’est une des conséquences d’une mauvaise décentralisation : le nombre d’acteurs, de dispositifs et d’outils nuisent à l’efficacité de la politique pour l’emploi. Plus personne ne s’y retrouve, ni les demandeurs d’emploi ni les entreprises.

Là où le principe élémentaire d’efficacité est de simplifier et de faciliter le rapprochement de « l’offre et de la demande », chaque acteur a ses publics, ses outils et ses plateformes, ce qui brouille totalement la lisibilité des offres et demandes d’emplois. Même la Région est partie sur cette mauvaise voie en démultipliant sites internet, agences, etc., alors qu’il faudrait s’orienter vers la création d’une « porte d’entrée régionale unique ».

On s’attendait dans ce rapport à plus d’innovation en matière de politique de l’information, de simplification de la mise en relation, et surtout d’adaptation à la crise sanitaire en matière d’événements et salons de l’emploi, ce qui n’est absolument pas abordé.

AMENDEMENT :

Ajouter un point VI) AXE 6, rédigé comme suit :

SIMPLIFIER, FACILITER LA MISE EN RELATION DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE PAR UNE CENTRALISATION REGIONALE DES PLATEFORMES DE L’EMPLOI ET EN IMPULSANT UNE NOUVELLE POLITIQUE ADAPTEE A LA CRISE SANITAIRE, EN MATIERE DE FORUMS ET SALONS POUR L’EMPLOI.

Les commentaires sont fermés.